Epicentre film Retrouvez Epicentre Films sur facebook Retrouvez Epicentre Films sur YouTube
> Catalogue films > Longs métrages  > La Dernière fois que j'ai vu Macao
Retour Catalogue
Affiche
Zoom
La Dernière fois que j'ai vu Macao Un film de João Pedro Rodrigues et João Rui Guerra da Mata  
Avec Cindy Scrash, João Rui Guerra da Mata, João Pedro Rodrigues
Portugal/France - 2012 - 85 min - DCP - Couleur - 1.77 – Dolby 5.1 - Visa n° 133 564
Sortie le 29/05/2013
SYNOPSISTrente ans plus tard, je me rends à Macao où je ne suis jamais revenu depuis mon enfance. J’ai reçu un mail à Lisbonne de Candy, une amie dont je n’avais plus de nouvelles depuis longtemps. Elle disait s’être encore aventurée avec les mauvais garçons et me priait de venir à Macao où se passaient des “choses effrayantes”. Fatigué, après des heures de vol, j’approche de Macao à bord du ferry qui me fera remonter dans le temps, jusqu’à la période la plus heureuse de ma vie. FICHE TECHNIQUERéalisation, Scénario et Image: João Pedro Rodrigues et João Rui Guerra da Mata
Production : Daniel Chabannes de Sars, Corentin Dong-Jin Sénéchal et João Figueiras
Directrice de production : Lydie Bárbara
Son : Nuno Carvalho, Carlos Conceição et Leonor Noivo
Assistants de production : Yakult Lin, Leonor Noivo, Rodrigo Candeias et Jane Roger
Assistante réalisateurs : Leonor Noivo
Montage image : Raphaël Lefèvre, João Pedro Rodrigues et João Rui Guerra da Mata
Montage son : Nuno Carvalho
Mixage : Mélissa Petitjean
une production Blackmaria et Epicentre Films en coproduction avec Le Fresnoy, Studio National des Arts Contemporains
avec la participation de ICA RTP et Centre National de la Cinématographie et de L’image Animée
et le concours du Centre National des Arts Plastiques (image/mouvement), du Ministère de la Culture et de la Communication
REALISATEURJoão Pedro Rodrigues est né a Lisbonne en 1966.
Il a commencé par étudier la biologie a l’Université de Lisbonne pour devenir ornithologiste, mais a rapidement abandonné pour se consacrer à des études de cinéma à l’École de Cinéma de Lisbonne.
O PASTOR / LE BERGER a été son court métrage de fin d’études en 1988.
Son deuxième court métrage, PARABÉNS! / JOYEUX ANNIVERSAIRE!, a marqué le coup d’envoi de sa carrière internationale à la 54e Mostra de Venise en 1997, où il a obtenu la Mention spéciale du Jury.
En 1997/1999, il a réalisé ESTA É A MINHA CASA / VOICI MA MAISON et VIAGEM À EXPO / VOYAGE À L’EXPO, un documentaire en deux parties qui sortira prochainement en DVD.
En 2000, son premier long métrage, O FANTASMA, a été présenté en première en compétition officielle de la 57e Mostra de Venise. Il a remporté le Grand Prix du film étranger au Festival EntreVues de Belfort et le prix du meilleur long métrage au New Festival à New York.
En 2005, son deuxième long métrage, ODETE, a été présenté en première à la 37e Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, où il a remporté la Mention spéciale “Cinémas de Recherche”.
En 2007, son troisième court métrage, CHINA, CHINA, co-réalisée avec João Rui Guerra da Mata, a été présenté en première à la 39e Quinzaine des Réalisateurs à Cannes. Il a remporté le Grand Prix du court métrage étranger au Festival EntreVues de Belfort ainsi que le prix du public dans la même catégorie.
En 2009, son troisième long-métrage, MORRER COMO UM HOMEM / MOURIR COMME UN HOMME, a été présenté en première en Sélection Officielle dans la section Un Certain Regard du Festival de Cannes, après avoir été sélectionné par la Cinéfondation pour l’Atelier de ce même Festival en 2007. Il a remporté plusieurs prix, dont le prix du meilleur film dans la section Cinéma du futur du Bafici 2010.
En 2011, son quatrième court métrage, le documentaire ALVORADA VERMELHA / AUBE ROUGE, co-réalisé avec João Rui Guerra da Mata, a été présenté en première au festival IndieLisboa, où il a remporté le prix du meilleur court-métrage portugais. Il a été présenté en première internationale au Festival de Locarno. Il a joué dans le court métrage Le Jour où le fils de Raïner s’est noyé de Aurélien Vernhes-Lermusiaux.
En 2012, João Pedro Rodrigues a joué le personnage principal du film O QUE ARDE CURA / CE QUI BRÛLE GUÉRIT, le premier court métrage solo de João Rui Guerra da Mata, qui a été présenté en première au festival IndieLisboa. Son cinquième court métrage, MANHÃ DE SANTO ANTÓNIO / MATIN DE LA SAINT-ANTOINE, a été présenté en première en clôture de la Semaine de la Critique à Cannes.
Le Harvard Film Archive (2010), BAMcinématek - The Next Director (2010), TIFF Bell Lightbox - The New Auteurs (2011), entre autres, ont présenté des rétrospectives de ses films.
Il prépare son prochain long-métrage, O ORNITÓLOGO / L’ORNITHOLOGUE.

João Rui Guerra da Mata est né au Mozambique.
Il a commencé à travailler dans le cinéma en 1995. De 2004 à 2011, il a enseigné la direction artistique à l’Ecole supérieure de théâtre et de cinéma (ESTC) de Lisbonne.
Il a travaillé comme directeur artistique et chef décorateur sur plusieurs longs et courts métrages. Il a travaillé comme assistant réalisateur sur deux documentaires réalisés par João Pedro Rodrigues, ESTA É A MINHA CASA / VOICI MA MAISON (1997) et VIAGEM À EXPO / VOYAGE À L’EXPO (1999).
Cette collaboration s’est ensuite étendue à la co-réalisation des courts métrages, CHINA, CHINA (2007 – 39e Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes ; Grand Prix du court métrage étranger et prix du public au Festival du film de Belfort) et ALVORADA VERMELHA / AUBE ROUGE (2011 – prix du meilleur court métrage portugais, Festival IndieLisboa ; première internationale au Festival de Locarno), et du long métrage A ÚLTIMA VEZ QUE VI MACAU / LA DERNIÈRE FOIS QUE J’AI VU MACAO (2012).
En 2012, il réalise son premier long métrage en solo, O QUE ARDE CURA / CE QUI BRÛLE GUÉRIT, dont la première a eu lieu en avril dernier au Festival IndieLisboa. PRESSE « Un rêve de cinéma » LE MONDE « Un beau film noir décharné à l’intrigue fantomatique » LIBÉRATION « Très beau (…) déroutant et envoutant » LE JOURNAL DU DIMANCHE « Fantasmagorique » TÉLÉRAMA « Très beau » LES INROCKUPTIBLES « L’expérience d’un voyage solitaire » LE CANARD ENCHAÎNÉ « Mystérieux, saisissant et inclassable » PARISCOPE « D’une grande maîtrise » TROIS COULEURS « Un film noir moderne et intrigant » STUDIO CINÉLIVE « Une aura surnaturelle » PREMIÈRE