Epicentre film Retrouvez Epicentre Films sur facebook Retrouvez Epicentre Films sur YouTube
> Catalogue films > Courts métrages  > Dans un jardin je suis entré
Retour Catalogue
Affiche
Zoom
Dans un jardin je suis entré Un film de Avi  Mograbi
Avec Avi Mograbi, Ali Al-Azhari, Yasmine Al-Azhari-Kadmon
France / Israël /Suisse - 2012 - 97 min - Couleur - Numérique – 16/9 – Dolby digital – Visa n° 131 136 Sortie le 10/07/2013
SYNOPSIS“Dans un jardin je suis entré” fantasme un ancien Moyen-Orient, dans lequel les communautés n’étaient pas séparées par des frontières ethniques et religieuses, un Moyen-Orient dans lequel même les frontières métaphoriques n’avaient pas leur place. Avi (Mograbi) et Ali - son ami palestinien d’Israël - entreprennent un voyage vers leur histoire respective dans une machine à remonter le temps née de leur amitié. Le Moyen-Orient d’antan, où ils pouvaient coexister sans effort, refait surface avec une grande facilité. FICHE TECHNIQUE Réalisation : Avi Mograbi
Scénario : Avi Mograbi et Noam Enbar
Image : Phlippe Bellaîche
Son : Florian Eidenbenz
Montage : Avi Mograbi et Rainer Trinkler
Musique : Noam Enbar
Producteur : Serge Lalou (Les Films d’Ici) – Avi Mograbi (AMP) - Samir (Dschoint Ventschr Filmproduktion) REALISATEURLe cinéaste israélien Avi Mograbi est à la fois réalisateur, acteur, directeur de la photographie, producteur et scénariste. En 1989 il dirige son premier court-métrage Déportation , primé notamment au Festival de Cracovie. Puis il s’oriente vers le documentaire, s’attachant à choisir des sujets liés à la situation de son pays. Son court-métrage The reconstruction remporte en 1994 le Prix du meilleur documentaire de l’Institut du Film Israélien. En 1997 il réalise son premier long-métrage, Comment j’ai appris à surmonter ma peur et à aimer Ariel Sharon , qui lui permet notamment de fustiger la droite israélienne à travers son premier représentant. Son œuvre évolue vers des films de plus en plus engagés, qui oscillent entre fiction et réalisme. Pour sa façon de se mettre lui-même en scène, il est souvent comparé par la critique à l’Italien Nanni Moretti. C’est particulièrement le cas de Happy birthday Mr Mograbi, tourné en 1999, porteur d’une vision sans concession de l’armée israélienne. Août (avant l’explosion) est son troisième long métrage. Il prend le symbole d’un mois à la chaleur étouffante pour dépeindre les tensions qui dévorent sans cesse son pays. Le film a reçu le Prix du film pour la paix au Festival de Berlin 2002. Il s’interroge à nouveau sur le conflit en 2005 avec Pour un seul de mes deux yeux. En 2008, il réalise le documentaire Z32 qui raconte l’histoire d’un ex-soldat israélien qui cherche à obtenir le pardon après avoir participé à une mission de représailles dans laquelle deux policiers palestiniens ont été tués. PRESSE “Rêves et traces d’un Moyen-Orient apaisé” LE MONDE “Un documentaire sensible mêlant amour, racines et nostalgie” LIBÉRATION “Sans lourdeur et drôle” L’HUMANITÉ “Foisonnant... Passionnant.... Apaisant et apaisé...” TÉLÉRAMA “La caméra intime de Mograbi filme toute la beauté et l’intelligence de cette relation amicale” LES INROCKUPTIBLES “Un beau récit épistolaire” POLITIS “Le ton est empreint de nostalgie mais en même temps fraternel et plein d’humour” LA VIE “Tendre et nostalgique” L’OFFICIEL DES SPECTACLES “Des conversations passionnantes… Un film foisonnant ” PREMIÈRE “La démarche est noble” STUDIO CINÉLIVE “Placé sous le signe de l’échange, Dans un jardin je suis entré esquisse une politique de l’amitié” CAHIERS DU CINÉMA “Un documentaire sans paravent” SOFILM "Juste” POSITIF “Une voie vers la mémoire” 3 COULEURS “Un film fort, juste et unique en son genre” TOUTELACULTURE.COM “Une inquiétude et une fragilité troublantes” CRITIKAT.COM “Eminemment politique” REVUE ÉTUDES