Epicentre film Retrouvez Epicentre Films sur facebook Retrouvez Epicentre Films sur YouTube
> Catalogue films > Courts métrages  > Tsili
Retour Catalogue
Affiche
Zoom
Tsili Un film de Amos  Gitai
Avec Sarah Adler, Meshi Olinski, Adam Tsekhman, Lea Koenig, Andrey Kashkar, Yelena Yaralova, Alexey Kochetkov
2014 - Israël / France / Italie / Russie - 88 min - Numérique - Couleur - 1.85 - Son 5.1 - Visa n° 135 578 Sortie le 12/08/2015
SYNOPSISInspiré du roman d’Aharon Appelfeld, le film retrace l’histoire de Tsili, une jeune fille prise dans les affres de la Seconde Guerre Mondiale.
Après que sa famille a été déportée dans les camps, Tsili se cache dans la forêt à l’abri de la haine et des hommes, jusqu’à l’arrivée de Marek, un inconnu qui s'adresse à elle en yiddish… FICHE TECHNIQUERéalisation : Amos Gitai
Scénario : Amos Gitai et Marie-José Sanselme
Chef opérateur : Giora Bejach
Son : Tulli Chen
Musique : Alexej Kochetkov, Amit Poznansky
Monteurs : Yuval Orr, Isabelle Ingold
Décors : Andrei Chernikov
Costumes : Dani Bar Shai
Producteurs : Michael Tapuach, Laurent Truchot, Yury Krestinskiy, Pavel Douvidzon, Denis Freyd, Amos Gitai
Producteurs associés : Carlo Hintermann, Gerardo Panichi, Sam Tsekhman Anna Schalashina, Luca Venitucci, Leon Edry, Moshe Edry REALISATEURAmos Gitai est né à Haïfa, en Israël. Pendant ses études d’architecture, il participe à la guerre de Kippour en 1973, au cours de laquelle il est blessé. Il devient cinéaste en 1980 avec House et réalise dès lors de nombreux films, fictions et documentaires, qui lui valent une considérable reconnaissance internationale. Quatre de ses films ont été présentés en compétition au Festival de Cannes (Kadosh, Kippour, Kedma, Free Zone), cinq autres à la Mostra de Venise (Berlin Jérusalem, Eden, Alila, Terre promise, Ana Arabia). Amos Gitai met également en scène pour le théâtre et a conçu des installations/expositions dans plusieurs musées (Kunstwerke-Berlin, Biennale Evento-Bordeaux, Palais de Tokyo-Paris, Palazzo Reale-Milan, Museum of Modern Art MoMA-New York, centre Pompidou, la Cinématèque française, Musée Reina Sofia-Madrid..). De nombreuses rétrospectives intégrales de son œuvre ont été montrées dans le monde. PRESSE « Tout est fait pour provoquer l’imaginaire du spectateur. Le silence, les bruits de la nature, les aboiements, les cris en allemand. Il faut se laisser embarquer, accepter pour une fois de ne pas être guidé » Libération « D’une intensité tragique et d’une sobriété stupéfiantes. Amos Gitai à son meilleur » La Croix « Une partition sublime du compositeur et violoniste Alexey Kochetkov » L’Obs « Amos Gitai aborde le massacre des Juifs de façon très personnelle, convoque différentes formes d’art et joue sur la puissance évocatrice du hors-champ. On est sensibles à l’audace et à la part laissée à l’imagination » Famille chrétienne « Se concentrant sur les sensations de la jeune Tsili, travaillant autour de détails délicats, sur des ressentis puissants, Amos Gitai nous immerge totalement, par les sons, les sens et les émotions, dans le destin saccagé de l’enfant » Les Fiches du cinéma « La première partie du film, accompagnée d’une bande-son où le jacassement des pies et la stridulation des cigales se mêlent à des bruits guerriers dont on ne voit jamais la source, et souvent filmée en plongée à la verticale, du point de vue de « l’œil de Dieu », est admirable » Positif « De Tsili, livre bref et magnifique d’Aharon Appelfeld, Amos Gitai a fait Tsili, film bref et magnifique. (…) En confiant le rôle alternativement à deux interprètes, toutes deux impressionnantes, Meshi Olinski et Sarah Adler (et plus tard à une troisième, la voix de Lea Koenig), Gitai transforme un personnage de fiction en être de légende » Slate.fr « A la fois sensuel et désolé, très naturaliste et hanté, intime et universel. Un film majestueux » Toute la culture.com « Amos Gitai compose, entre rigidité et évanescence, de véritables tableaux de la vie de Tsili et trouve sans doute la forme cinématographique à même de rendre compte de l’écriture d’Appelfeld » Critikat.com « Rarement le sujet de la déportation, qui trouve de nombreux échos aujourd’hui, n’a été traité avec autant de subtilité et de poésie. Avec Tsili, Amos Gitai revient à ses thèmes les plus chers et à la quintessence de son cinéma » CinéSéries.com