Epicentre film Retrouvez Epicentre Films sur facebook Retrouvez Epicentre Films sur YouTube
> Catalogue films > Courts métrages  > Nag la Bombe
Retour Catalogue
Affiche
Zoom
Nag la Bombe Un film de Jean-Louis  Milesi
Avec Ariane Ascaride, Vincent Elbaz, Rossy de Palma et Julie Gayet.
1999 - France - 93 min - Visa n° 98 693 Sortie le 08/03/2000
SYNOPSISUn boulevard. La nuit.
Une femme arpente le trottoir.
Du bar d’en face, un homme l’observe.
Il l’aime.
Il va enfin le lui dire.
A sa manière.
Violente.
Elle se retrouve à l’hôpital.
Un jeune infirmier s’occupe d’elle.
Il va l’aimer.
Ce serait trop beau si l’histoire s’arrêtait là.
Elle ne fait que commencer. FICHE TECHNIQUERéalisateur : Jean-Louis Milesi
Producteur : Nicolas Blanc
Photo : Jean-Marc Fabre
Son : Patrick Allex
Décors : Michel Vandestien
1er assistant réalisation : Patrick Roques
Costumes : Claire Gérard—Hirne
Maquillage : Valérie Tranier
Montage : Stéphanie Mahet
Mixage : Nathalie Vidal
Direction de production : François Lamotte
Régie : Fabrice Chevrollier
Administrateur : Laurence Lemoine
Responsable de l’exploitation : Bénédicte Vauban REALISATEUR« Nag la bombe » est le premier long-métrage de Jean-louis Milesi. Il dit de lui qu’il est scénariste par hasard. Il a commencé par des 26 minutes pour TF1. Puis, il a écrit pour Didier Haudepin, Patrick Chesnais, et bien sûr, surtout et avant tout, avec Robert Guédiguian : « L’argent fait le bonheur », « A la vie , à la mort », « Marius et Jeannette », « A la place du cœur ». Et aussi « A l’attaque » et « La vie est tranquille » qui sortiront sur les écrans cette année 2000.
S’il se dit scénariste par hasard, c’est qu’il n’a qu’un seul but : réaliser ses propres films. C’est pour se former au métier de réalisateur qu’il tourne six courts-métrages. Et c’est pour compléter cet apprentissage qu’il devient monteur, d’abord de courts-métrages, puis de longs : « La ville Louvre » de Nicolas Philibert, « Un médecin des Lumières » de René Allio et « Les surprises de l’amour » de Caroline Chomienne. PRESSE "Le sujet est linéaire mais le réalisateur sait lui trouver des détours. Il en explore tous les recoins avec sensibilité, sans lourdeur ni complaisance." Le Parisien